Émile DIDIER

Émile DIDIER

30 décembre 1909

09 heures 00 à Embrun (05)

Capricorne ascendant Verseau

 

Didier

Émile Didier, né le  à Embrun (Hautes-Alpes) et mort le  à Gap, est un homme politique français.

Tout d'abord membre du Parti radical, il suit Robert Fabre lors de la scission de 1972 qui conduit à la création du Mouvement des radicaux de gauche.

Pharmacien de profession, il devient maire de Gap à la suite des élections municipales de 1947. Il conservera ce mandat pendant 24 ans, ce qui constitue un record de longévité à ce poste.

Fort de son implantation dans la préfecture des Hautes-Alpes, il est élu député de la première circonscription des Hautes-Alpes, alors détenue par Armand Barniaudy(Centre démocratique), lors des élections législatives de 1967. Dans un contexte national extrêmement défavorable à la gauche, il parvient à sauvegarder son siège d'une seule voix de majorité lors des élections législatives de 1968.

Dans la foulée de cette victoire électorale, il parvient à se faire élire président du Conseil général des Hautes-Alpes à la suite des élections cantonales de 1970. Il présidera l'assemblée départementale jusqu'auxélections cantonales de 1982 à la suite desquelles il devra laisser sa place à l'UDF Marcel Lesbros.

Un an après son accession à la présidence du conseil général, il connaît un premier revers électoral majeur en étant battu lors des élections municipales de 1971 par le divers droite Bernard Givaudan.

Il prend cependant sa revanche quelques mois plus tard en devenant le sénateur des Hautes-Alpes le . Comme tous les membres du Parti radical, il rejoint le groupe de la Gauche démocratique. Même après la scission de 1972, il continuera à sièger au sein de ce qui est devenu le Rassemblement démocratique européen. Réélu lors des sénatoriales du , il choisit de ne pas se représenter lors des élections de 1989.

Son fils, Roger Didier, né le  à Gap, est devenu maire de Gap en 2007, à la suite de la démission de Pierre Bernard-Reymond parti siéger au Sénat, en remplacement de Marcel Lesbros, décédé. Il est élu au deuxième tour de l'élection municipale de mars 2008 avec le soutien de l'UMP, face à la liste de gauche de Guy Blanc. Le , il est exclu du Parti radical de gauche pour ses «alliances répétées avec l'UMP». Il est également vice-président du Conseil général des Hautes-Alpes.

 

Source : wikipedia

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.